Utilisation et entretien

RetourSuite

La protection de la nature par et avec l’homme

La valeur de la pro­tec­tion de la nature de l’Aarnescht est due à l’utilisation exten­sive du paysage par l’homme au cours de plusieurs siè­cles. L’exploitation agri­cole (champs et prés) empêchait la forêt de s’installer en ce lieu et sauve­g­ar­dait ain­si le car­ac­tère ouvert de ce paysage. Aux con­di­tions pédologiques et cli­ma­tiques s’ajoute l’influence humaine comme troisième fac­teur respon­s­able du développe­ment de ce paysage digne de pro­tec­tion qu’est l’Aarnescht.

AA-20

L’utilisation traditionnelle de la terre comme modèle pour l’entretien futur

L’Aarnescht, aujourd’hui, n’est plus exploitée par l’agriculture. Des mesures arti­fi­cielles sont donc néces­saires pour main­tenir la valeur de la zone. Par­mi elles, il y a en par­ti­c­uli­er le débrous­saille­ment des pelous­es demi-sèch­es, un devoir effec­tué exem­plaire­ment par les mem­bes de ”l’Amicale de l’Aarnescht”.

Utilisation et entretien par l’homme

Il fau­dra cepen­dant se rap­pel­er l’utilisation tra­di­tion­nelle de la terre à laque­lle il faut retourn­er.

L’utilisation agri­cole qui a mené au développe­ment des pelous­es demi-sèch­es doit être reprise: il faut y laiss­er pâtur­er des mou­tons exten­sive­ment. En con­som­mant les bour­geons des jeunes arbustes, les mou­tons empêchent effi­cace­ment la for­ma­tion de maquis.

Pour les paysans locaux aux­quels incombe un rôle cen­tral dans la con­ser­va­tion du paysage domes­tique tra­di­tion­nel, des per­spec­tives nou­velles peu­vent s’ouvrir, parce qu’il leur est pos­si­ble de com­mer­cialis­er les pro­duits issus de la zone de pro­tec­tion naturelle avec un label spé­cial.

AA-21

L’Aarnescht n’est pas trou­blée par les ten­dances d’intensification de l’agriculture. Elle représente ain­si encore un reste de l’ancien paysage domes­tiqué de Nieder­an­ven.

RetourSuite