Les espaces vitaux de l’Aarnescht

RetourSuite

L’Aarnescht se com­pose de plusieurs biotopes:

  • Chê­naie-char­maie
  • Hêtraie
  • Forêt d’épicéas
  • Bois de pins noirs
  • Bor­dure de forêt ther­mophile
  • Pelous­es demi-sèch­es avec rigoles d’érosion
  • Prés humides à molin­ie
  • Verg­ers

AA-19

Les biotopes actuelle­ment en place sont le résul­tat des don­nées géologiques et cli­ma­tiques spé­ci­fiques ain­si que des util­i­sa­tions divers­es par l’homme. Il faut soulign­er l’importance des pelous­es cal­caires demi-sèch­es car­ac­téris­tiques pour l’Aarnescht. Elles se trou­vent au cen­tre et dans la par­tie sud de la zone de pro­tec­tion naturelle et héber­gent la plus grande par­tie des 23 espèces d’orchidées de l’Aarnescht (ce qui cor­re­spond à 64% des espèces d’orchidées présentes au Lux­em­bourg) ain­si que beau­coup d’autres plantes rares (p.ex. 2 espèces de gen­tiane ou le mélampyre à crêtes).

De larges verg­ers imprèg­nent la par­tie sud-ouest de l’Aarnescht. Les arbres fruitiers qui se trou­vent au pied des pentes sont pour beau­coup dans le charme du paysage de cette zone de pro­tec­tion naturelle.

Sur le haut-plateau s’étendent des chê­naies, des hêtraies, des forêts de pins et d’épicéas.

Sur le bord ouest, une hêtraie ther­mophile avec une bor­dure de forêt ther­mophile est située devant la hêtraie à charmes. Des prairies humides à molin­ie se sont for­més surtout aux endroits humides à l’intérieur des rigoles et fos­sés d’érosion.

RetourSuite