Forêt de feuillus mixte

La forêt naturelle — un espace vital pour les plantes et les ani­maux

Inté­grée par­tielle­ment à la réserve naturelle «Aar­nescht», la forêt se dis­tingue ici par une grande authen­tic­ité et une grande richesse en espèces d’arbres, d’arbustes et d’herbes. Les bois pré­cieux comme le tilleul, le cerisi­er, l’érable et le frêne se mêlent au hêtre, au chêne ou au charme. L’alisier (Sor­bus tormi­nalis) est abon­dant. Quoique rare en général, le sor­bier domes­tique se ren­con­tre encore ici.

Les vieux arbres et le bois mort sont des élé­ments car­ac­téris­tiques des forêts
naturelles.

Dans le but de con­serv­er le car­ac­tère naturel de cette forêt, l’État, qui est pro­prié­taire, renonce à l’exploitation de ce mas­sif de 25 ha qu’il traite comme une cel­lule de forêt naturelle. Une forêt naturelle est une forêt, livrée à elle-même. Elle ne subit pas d’intervention, que ce soit coupes, soins ou nou­velles plan­ta­tions. On espère qu’ainsi va se dévelop­per, à longue échéance, une forêt qua­si-naturelle sous­traite à l’intervention de l’homme (forêt vierge).

La forêt devrait ressem­bler à l’avenir au type de forêt qui s’y était dévelop­pée il y a plusieurs siè­cles. À la longue, et sans inter­ven­tion directe de l’homme, la forêt naturelle devrait avoir les car­ac­téris­tiques suiv­antes: des arbres jeunes et vieux, minces et gros se côtoient dans un espace étroit, et quelques arbres isolés se dévelop­pent en arbres géants. De plus y trou­ve-t-on beau­coup de vieux arbres et d’arbres morts.

Exem­ple de chaîne ali­men­taire

 

Beau­coup d’espèces ani­males, sou­vent les plus rares, dépen­dent des arbres mourants ou morts qui leur ser­vent de biotope. Beau­coup d’oiseaux peu­vent y nich­er, et beau­coup d’insectes se sont adap­tés à la vie sur et autour le bois en décom­po­si­tion.

Le sorbier domestique (Sorbus domestica)

Le sor­bier domes­tique est un des arbres fruitiers sauvages les plus rares du Lux­em­bourg. On le ren­con­tre avant tout à l’est du pays, comme c’est le cas ici. Cet arbre fruiti­er est appar­en­té au sor­bier auquel il ressem­ble beau­coup. Les fruits du sor­bier domes­tique sont rich­es en sucres et en minéraux. Ils ressem­blent à de petites pommes ou poires, mais n’ont cepen­dant que la taille d’une noix. Les fruits ont un taux de tanin élevé, ce qui les rend impro­pres à la con­som­ma­tion directe. Pour faire décom­pos­er leur acide tan­nique il faut d’abord les entre­pos­er. On pour­ra après les utilis­er, par exem­ple, comme addi­tif lors de la pro­duc­tion de cidre. Au Lux­em­bourg on dis­til­lait jadis une eau-de-vie à base de fruits du sor­bier domes­tique.

La forêt naturelle — un espace vital pour les plantes et les animaux

Autour

Pic mar

San­gli­er

Les champignons, les bac­téries et d’autres microor­gan­ismes par­ticipent inten­sive­ment à la décom­po­si­tion des organ­ismes morts.

Bolet bla­fard

Fausse oronge