Les ruisseaux marquent le paysage

RetourSuite

La genèse du paysage du Keuper

Le cir­cuit de Ober­an­ven mène à tra­vers le paysage du Keu­per, couche géologique qui s’est for­mée au méso­zoïque, il y a à peu près 200 mil­lions d’années. Il s’agit en effet des dépôts d’une mer préhis­torique rich­es en argile et en cal­caire.
La genèse de l’actuel paysage est due à la ren­con­tre d’eau et de roches.

Dans le passé, les couch­es du Keu­per n’apparaissaient pas à la sur­face — elles étaient entière­ment recou­vertes par les couch­es épaiss­es du Grès de Lux­em­bourg. Au cours du temps, ces dernières ont été érodées et dès lors le Keu­per appa­rais­sait à la sur­face.

Les dépôts du Keu­per se com­posent d’argile, de cal­caire et de sable. Il s’agit de roches ter­reuses imper­méables qui se défor­ment facile­ment et qui peu­vent ain­si être érodées par l’eau. Par con­séquent, les fleuves et les ruis­seaux ont pu “mod­el­er” les couch­es du Keu­per avec facil­ité.

Au fil du temps, le cours d’eau de la Syre et ses afflu­ents creusèrent les couch­es du Keu­per et for­mèrent ain­si l’aspect car­ac­téris­tique du paysage. Des formes ondulées peu pronon­cées naquirent: le paysage se com­pose de val­lées douces ain­si que de collines légère­ment ondulées.

L’exploitation agricole

Une orchidée sur l’Aarnescht

Sur les couch­es du Keu­per, mar­quées par des prés et des pâturages, s’étend un paysage qui con­naît depuis tou­jours une exploita­tion agri­cole par l’homme.

Dis­posant d’une capac­ité lim­itée d’emmagasinage en eau et d’une faible disponi­bil­ité des sub­stances nutri­tives pour les plantes, les sols du Keu­per ne con­vi­en­nent pas à la cul­ture des fruits des champs. Après une pluie, le sol se mouille à cause de sa teneur élevée en argile, les minéraux d’argile se gon­flent et ren­dent ain­si le sol imper­méable. L’eau qui serait néces­saire à la crois­sance des cul­tures agri­coles, ne peut donc plus s’infiltrer dans le sol et s’écoule à sa sur­face.

La réserve naturelle « Aar­nescht »

D’importantes parois rocheuses (cues­ta) mar­quent la tran­si­tion du Grès de Lux­em­bourg vers le Keu­per.

Au Nord-Est du vil­lage d’Oberanven, en plein milieu du paysage du Keu­per, se situe une des pre­mières réserves naturelles du Lux­em­bourg: l’Aarnescht.

Un sen­tier didac­tique intéres­sant mène à tra­vers la réserve, qui abrite une des plus impor­tantes présences d’orchidées au Lux­em­bourg.

RetourSuite