Le gibier indigène

RetourSuite

Le sanglier (Sus scrofa)

12_GW_WT (3)En tant qu’omnivore, le san­gli­er fouille le sol avec son boutoir et mange entre autres glands, faînes, racines, champignons, vers et asti­cots, jeunes oiseaux et de la charogne. Les forêts de feuil­lus et forêts mixtes con­stituent son habi­tat préféré. De temps en temps, le san­gli­er gagne les champs et les prés où il peut provo­quer de sérieux dégâts.

Le renard (Vulpes vulpes)

12_GW_WT (4)Le renard habite avant tout les lisières forestières, mais on peut égale­ment le ren­con­tr­er dans les champs. Il chas­se de préférence des petits rongeurs (souris), mais il mange égale­ment des oiseaux, insectes et vers ain­si que des fruits, baies et graines. En tant que vecteur prin­ci­pal de la rage, le renard fut chas­sé de manière intense pen­dant de longues années. Il est por­teur sain de l’échinococcose alvéo­laire du renard et con­tribue ain­si à sa pro­liféra­tion.

Le blaireau d’Europe (Meles meles)

12_GW_WT (5)Le blaireau préfère les forêts de feuil­lus et les forêts mixtes dans lesquelles il est, en tant qu’omnivore, surtout act­if pen­dant la nuit. La vue du blaireau est très faible mais son odor­at ain­si que son ouïe sont très dévelop­pés. Le rut a lieu en juillet/août. En février/mars 2 à 3 (max­i­mum 5) blaireautins nais­sent. Le ter­ri­er du blaireau est tou­jours pro­pre, con­traire­ment à celui du renard, et est con­sti­tué d’un sys­tème de galeries à plusieurs étages qui sont sou­vent cohab­ités par les renards et les lap­ins de garenne.

Les cerfs (Cervus elephus)

12_GW_WT (2)De nos jours, les cerfs colonisent, en tant que plus grande espèce ani­male indigène, avant tout des mas­sifs forestiers comme p.ex. le Grünewald. Ini­tiale­ment l’animal habitait les paysages ouverts. Suite à la con­quête de ces paysages par l’homme, l’animal a dû se retir­er dans les forêts. Durant la journée, les cerfs séjour­nent dans leurs endroits préférés. La nuit, ils les quit­tent. Plusieurs fois par jour, l’animal mange des gram­inées et des herbes, ain­si que des fruits, écorces et feuilles d’arbres. L’animal revendique un grand habi­tat et entre­prend des migra­tions saison­nières loin­taines (zones de quié­tude esti­vales et hiver­nales).

Les chevreuils (Capreolus capreolus)

12_GW_WT (1)Les chevreuils con­stituent l’espèce la plus répan­due de grand gibier au Grünewald. Ils habitent les prés et les champs ain­si que les forêts. Seul le mâle porte des bois. L’animal se nour­rit de gram­inées et d’herbes, mais aus­si de bour­geons et de feuilles d’arbustes et de jeunes arbres. L’animal est surtout act­if à l’aube et au cré­pus­cule. Au mois de mai, 1 à 2, rarement 3 faons nais­sent.

Le lièvre (Lepus europaeus)

12_GW_WT (6)Le lièvre est avant tout un habi­tant des prés et des champs, mais on le trou­ve aus­si dans les forêts. Il se nour­rit pri­or­i­taire­ment de gram­inées et d’herbes, mais il con­somme égale­ment l’écorce, les bour­geons et les rameaux d’arbustes et d’arbres. Suite à l’intensification de l’agriculture et l’absence d’habitat struc­turé, la survie de l’espèce est com­pro­mise.

RetourSuite