Haremskéier”

RetourSuite

La “Harem­skéi­er” est un virage en épin­gle à cheveux de la route nationale entre Sen­ninger­berg et Senningen/Niederanven.

Dans la “Harem­skéi­er” eurent lieu plusieurs glisse­ments de terre qui ont porté atteinte aux pro­priétés riveraines. Le plan mon­tre l’envergure du glisse­ment de ter­rain, qu´il y a eu en 1861. Les pro­prié­taires con­cernés ont été dédom­magés.

La con­struc­tion de cette route fut décidée en 1848. Jusqu’à cette date le déniv­elle­ment de 100m entre le plateau du Grès de Lux­em­bourg et le pied du plateau était franchi sur un chemin très abrupt, qui reli­ait le Sen­ninger­berg directe­ment avec Senningen/ Nieder­an­ven sur l’ancienne voie romaine entre Reims et Trèves (”Kiem”). Ce chemin est main­tenant rem­placé par une route plus longue avec plus de virages mais moins abrupte, appelée “route de Trèves”.

Avec cette route qui s’adapte à la pente en ser­pen­tant, la liai­son entre Lux­em­bourg et Trèves était facil­itée. La plan­ta­tion de châ­taig­niers, à l’ombre desquels les chevaux et les hommes pou­vaient se repos­er, a rehaussé pos­i­tive­ment l’image des rues à Sen­nin­gen / Nieder­an­ven.

L’ancien chemin de con­nex­ion abrupt entre Sen­ninger­berg et Sen­nin­gen / Nieder­an­ven suit les traces de l’ancienne voie romaine (”Kiem”).

A part l’amélioration du traf­ic, la con­struc­tion de la route a engen­dré  un effet économique posi­tif. Beau­coup de chômeurs qui avaient per­du leur emploi lors de la fer­me­ture de l’usine à papi­er de Sen­nin­gen, ont pu être embauchés pour la con­struc­tion de cette route.

L’autoroute au sud de la route nationale fran­chit le déniv­elle­ment entre le plateau et la plaine par une pente longue et droite. Elle con­stitue une nou­velle voie routière d’une impor­tance supraré­gionale, qui devrait soulager les local­ités de Sen­nin­gen, Nieder­an­ven et Sen­ninger­berg d’un tran­sit en crois­sance per­ma­nente.

RetourSuite