Géologie et sources

RetourSuite

Le Grès de Luxembourg

11_GW_GQ (1)

Grès de Lux­em­bourg

Le Grünewald avec env­i­ron 4500 ha, se situe sur le Grès de Lux­em­bourg, une roche imposante d’une épais­seur de 42 m qui s’est for­mée il y a 190 à 170 mil­lions d’années suite à la sédi­men­ta­tion marine.

11_GW_GQ (5)

Pro­fil géologique

Le Grès de Lux­em­bourg est une roche poreuse et crevassée qui absorbe l’eau de pluie infil­trée dans le sol de la forêt et qui ain­si a été fil­trée pour ensuite s’infiltrer dans le sous-sol. Le Grès de Lux­em­bourg est le réser­voir d’eau potable le plus impor­tant du Lux­em­bourg. Il four­nit à peu près 90% de l’eau potable issue de la nappe phréa­tique du Lux­em­bourg.

L’eau de pluie péné­trant le sous-sol s’infiltre à tra­vers le Grès de Lux­em­bourg qui est per­méable, jusqu’à la couche à Psilo­ceras planorbe qui, elle, est imper­méable, pour ensuite s’écouler latérale­ment. C’est au point d’intersection avec la sur­face du ter­rain que s’opère la résur­gence.

La fonction protectrice de l’eau potable du Grünewald

11_GW_GQ (2)Le Grünewald ain­si que toutes les forêts se situ­ant sur le Grès de Lux­em­bourg, ont une impor­tance par­ti­c­ulière: elles accom­plis­sent une fonc­tion pro­tec­trice de l’eau potable.

La pluie est fil­trée lors de son infil­tra­tion à tra­vers les dif­férentes couch­es du sol foresti­er. Les élé­ments (p.ex. pous­sière, pol­lu­tions chim­iques) qui ont été fil­trés et lavés lors de ce proces­sus, sont incor­porés à long terme dans le sol. De cette façon le sol foresti­er apporte une con­tri­bu­tion impor­tante au net­toy­age de l’eau que nous util­isons quo­ti­di­en­nement comme eau potable.

Les sources au Glaasburgronn

11_GW_GQ (4)

De nom­breuses sources émer­gent de la terre dans la val­lée entail­lée et très ser­rée du Glaas­bur­gronn

Au Glaas­bur­gronn, une val­lée entail­lée située au bord du Grünewald, nais­sent de mul­ti­ples sources sor­tant du Grès de Lux­em­bourg. En se réu­nis­sant, elles for­ment un ruis­seau qui coule de l’ouest en direc­tion de Dom­mel­dan­ge où il se déverse dans l’Alzette.

L’eau au Glaas­bur­gronn est d’une excel­lente qual­ité, se démon­tre par les espèces ani­males aqua­tiques qu’on y a décou­vertes, et qu’on ne trou­ve que dans les eaux pro­pres (p.ex. larves de per­les et planaires).

11_GW_GQ (8)

Larve de per­le

11_GW_GQ (6)

Appari­tion d’une source dans le Grès de Lux­em­bourg au Glaas­bur­gronn

11_GW_GQ (7)

Planaire

RetourSuite