L’ancienne route marchande / route commerçante

 RetourSuite

Situé aux abor­ds de l’ancienne route romaine reliant Arlon à Trèves, Nieder­an­ven a sans doute servi, dès l’époque romaine, de lieu de relais pour les voyageurs. La route romaine, qui pas­sait à l’origine au niveau de l’actuelle route de Mens­dorf, s’est déplacée vers le nord au fil du temps, pour devenir aujourd’hui la route nationale (RN1) reliant Greven­mach­er.

03_NA_HS (8)

Vers 1900, il y avait, sur la route de Trèves entre Nieder­an­ven et Sen­nin­gen, 9 auberges. A l’auberge «Gold­en­er Apfel», les men­di­ants pou­vaient loger gra­tu­ite­ment. Elle fai­sait par­tie du relais. Il ne reste aujourd’hui que l’Hostellerie de Nieder­an­ven et les autres anci­ennes auberges ont été trans­for­mées en maisons d’habitation.

Le tronçon Lux­em­bourg-Greven­mach­er est rénové en 1697. En 1722, le ser­vice postal par dili­gence l’emprunte et est éten­du jusque Trèves en 1730. Le tronçon Brux­elles-Trèves est pavé en 1727. Nieder­an­ven est un poste où des droits de douane sont prélevés jusqu’en 1862.

03_NA_HS (9)

Le Café Lam­pach-Jungers a été trans­for­mé en 2015 et abrite aujourd’hui une agence de la Caisse d’Epargne de l’Etat.

03_NA_HS (13)

L’auberge «Au cheval Blanc» (176, route de Trèves, à droite de l’image) a servi de gîte aux cochers et aux chevaux jusqu’en 1902.

03_NA_HS (11)

L’ancienne auberge «Klein-Dela­haye» est aujourd’hui une mai­son d’habitation.

03_NA_HS (10)

L’Hostellerie de Nieder­an­ven, d’abord appelée Café Fiedler jusqu’en 1922, puis Café Win­ter-Remack­el.

03_NA_HS (6)

Le forg­eron Ed Win­ter lors de la répa­ra­tion d’une roue de calèche

Grâce aux voyageurs, le vil­lage a tou­jours con­nu une grande activ­ité, dont l’hôtellerie a su prof­iter, comme en témoignent les auberges «Au Cheval Blanc», «An der Lomp» ou «Zum Gold­e­nen Apfel» («A la Pomme Dorée»). Cette dernière était un gîte de men­di­ants: les voyageurs dému­nis pou­vaient y loger gra­tu­ite­ment, ou du moins à très bon marché. La dili­gence postale fera la navette vers Lux­em­bourg dès 1841 et les cochers et le chef du ser­vice postal seront logés sur place.

L’importance de la route de Trèves ne déclin­era qu’avec la créa­tion, en 1861, de la ligne de chemin de fer Lux­em­bourg-Trèves. Les protes­ta­tions d’influents pro­prié­taires fonciers ne parv­in­rent pas à empêch­er sa con­struc­tion, mais le tracé sera déplacé vers l’extérieur du vil­lage.

03_NA_HS (3)

Trans­port de lait par char­rette à bœufs, vers 1941

Par rap­port à aujourd’hui, le traf­ic routi­er sur la RN1 était très faible. On pou­vait sou­vent voir des véhicules tirés par des chevaux et la plus grande par­tie de la vie publique se déroulait dans la rue. Le traf­ic aug­mentera forte­ment pen­dant les années 50. Plus tard, la con­struc­tion de l’autoroute en fera une voie de décharge­ment. Néan­moins, aux heures de pointe, nom­breux sont les auto­mo­bilistes à tou­jours encore emprunter la RN1.

03_NA_HS (12)

Lieu de l’ancienne auberge «Gold­en­er Apfel», qui apparte­nait au relais.

Nieder­an­ven se trou­vait sur la route de dili­gences Trèves–Luxembourg-Bru-xelles. Des chevaux frais attendaient dans les écuries afin d’aider à mon­ter de lour­des charges en haut du Sen­ninger­berg. La sta­tion relais com­por­tait égale­ment un ate­lier de répa­ra­tion de calèch­es, où un forg­eron réparait les roues endom­magées.

03_NA_HS (7)

Pour la récolte du foin, les fer­miers ont longtemps comp­té sur la force ani­male. Plus tard vin­rent les tracteurs.

03_NA_HS (5)

Jusque dans les années 50, une grande par­tie de la vie du vil­lage se déroulait dans la rue. Ain­si, il était d’usage d’organiser des fêtes en pleine route de Trèves.

03_NA_HS (1)

De nos jours, les routes sont amé­nagées de telle sorte que le traf­ic routi­er y est pri­or­i­taire.

RetourSuite