Période Romaine

Le pre­mier doc­u­ment écrit faisant référence à Nieder­an­ven date de l’époque du règne de l’empereur Dio­clé­tien de 284 à 305 ans après Jésus-Christ. Une carte romaine, inti­t­ulée “Itinérar­i­um Provin­cia­rum Antonin” indique — sur la route romaine de Reims à Trèves — une halte d’étape située entre Arlon et Trèves, à savoir “Ande­thannale vicus Leu­gas XX”, ce qui veut dire vil­lage de Nieder­an­ven, 44 kilo­mètres. Ain­si de par les doc­u­ments man­u­scrits Ande­thanna est le plus ancien nom d’un vil­lage du Grand-Duché de Lux­em­bourg.

04_NA_LA (11)En décem­bre 1919 on a trou­vé à Hostert la pierre tombale de Gal­lia Vari­cil­lus. L’inscription traduite du latin est la suiv­ante: “Erigé de son vivant pour Gal­lia Vari­cil­lo, (sa) femme, par Mar­cus Secun­dus Sekund­i­nus. Dédié aux dieux des ombres.”

Durant les années 1661–1677 Alexan­dre Wiltheim a dressé dans son oeu­vre archéologique majeure “Lucilibur­gen­sia Romana” une carte (géo­graphique) du Lux­em­bourg à l’époque romaine. “Ande­thanna” y est situé entre Oro­launum (Arlon) et Augus­ta TREVERUM (Trèves).

L’ancienne route romaine, com­muné­ment appelée “Kiem” en lux­em­bour­geois, reli­ait Reims à Trèves. “Kiem” provient du cel­tique “Kehm” et veut dire chemin. Nous pou­vons suiv­re le tracé de l’ancienne route — qui se situ­ait près de l’autoroute actuelle — venant de Lux­em­bourg-ville à tra­vers le Grünewald jusqu’aux envi­rons du nou­veau château d’eau à Sen­ninger­berg. De là elle descendait prob­a­ble­ment près de l’actuelle “Rue des Romains” pour attein­dre Nieder­an­ven. Elle con­tin­u­ait ensuite son chemin vers Mens­dorf. Hostert était relié à cette “route prin­ci­pale” par un Kiem sec­ondaire. De nos jours on pré­sume que l’ancienne Ande­thanna se situ­ait à Hostert.

Une cen­taine d’années seule­ment plus tard, en 386 après Jésus-Christ, le nom Ande­thanna sur­git à nou­veau dans les (doc­u­ments) man­u­scrits: dans la “Vita St. Mar­tin”, Sulpi­cius SEVERUS décrit un des nom­breux voy­ages de l’évêque de Tours à Trèves. “Le lende­main, il (c.à.d. Mar­t­i­nus) lev­ait son camp rapi­de­ment. Sur son chemin de retour, il soupi­rait, l’âme en peine, de s’être engagé, même pour une péri­ode aus­si courte, dans une com­mu­nauté aus­si mal­saine. Tout cela se pas­sait non loin du lieu-dit Ande­thanna où un chemin tra­ver­sait des forêts soli­taires sans fin. Mar­t­i­nus s’assit par terre” … Soudain un ange se dres­sa devant lui et prononça les paroles suiv­antes: “Reprends courage, deviens fort à nou­veau”. Le lieu-dit où, d’après la tra­di­tion pop­u­laire, tout cela se serait passé, s’appelle de nos jours “Um Hel­leges­teen” ce qui veut dire “(à) la pierre du Saint”. C’est pour cela que le mon­u­ment de Saint Mar­tin , érigé en 1930, se trou­ve près de la Chaussée Saint Mar­tin.