Sites historiques dans les communes avoisinantes

ZurückWeiter

03_GW_NG (11a)Au lieu nom­mé «Stafel­ter» les trois com­munes Nieder­an­ven, Walfer­dan­ge et Stein­sel sont lim­itro­phes. Le Grünewald déclaré, en majeure par­tie, mon­u­ment cul­turel nation­al, héberge de nom­breux témoignages his­toriques et cul­turels sur le ter­ri­toire de ces trois com­munes. Les décou­vertes les plus anci­ennes datent de l’époque de l’âge de la pierre. Un saut jusqu’aux sites his­toriques du Grünewald dans les com­munes avoisi­nantes Walfer­dan­ge et Stein­sel vaut la peine.

AOutils et pointes de flèches de l’âge de la pierre 03_GW_NG-9

Les mul­ti­ples out­ils et pointes de flèch­es datant du paléolithique, mésoli­tique et néolithique des collines de Walfer­dan­ge et Stein­sel con­fir­ment le peu­ple­ment pro­to­his­torique de cette région.

B«Les chênes des six princesses»03_GW_NG-3

C’est entre 1894 et 1902 qu’en l’honneur des six princess­es, la future Grande-Duchesse Char­lotte et ses 5 soeurs, Marie-Adélaïde, Elis­a­beth, Hil­da, Sophie et Anto­nia ces six chênes nom­més «les six princess­es», furent plan­tés.

C«Geeschterhäischen»03_GW_NG-4

Le «Geeschter­hais­chen» qui se trou­ve dans les alen­tours du «Rén­gel­bur» ser­vait jadis comme mai­son de chas­se aux Grand-Ducs Adolphe et Guil­laume.

DRempart circulaire03_GW_NG-10

A «Pëtschend» se trou­vent les ves­tiges d’un rem­part cir­cu­laire. Il représente un rem­part par­tiel, qui pro­tège la colline de Pëtschend à son endroit le plus faible. L’époque d’origine reste indéter­minée (peut-être époque Hall­statt ou ère des Celtes).

E«Raschpëtzer Qanat»

03_GW_NG-1A Walfer­dan­ge se trou­vent les ves­tiges d’une méth­ode d’approvisionnement en eau con­stru­ite en qanat datant de l’ère romaine. Cette instal­la­tion d’origine celte est con­sti­tuée d’un tun­nel per­cé avec une légère pente d’une longueur de 300 mètres ain­si que d’une petite rigole qui facilite l’écoulement de l’eau et des puis­ards nom­més «Rasch­pëtzer» reliant le tun­nel à la sur­face du plateau.

FHabitation de l’âge de la pierre03_GW_NG-7

Lors de fouilles au «Pëtschend» on a prob­a­ble­ment trou­vé le trou d’un poteau provenant d’une habi­ta­tion en bois datant du néolithique. On ne sait pas au juste si cette habi­ta­tion fut amé­nagée en château-refuge au temps du néolithique ou seule­ment au temps des Celtes.

GVilla romaine03_GW_NG-12

Les ves­tiges d’une vil­la romaine ont été trou­vés à Helm­sange. Plusieurs vil­las ont été con­stru­ites le long de la rive est de l’Alzette, toutes à la même alti­tude (250m) et à inter­valles réguliers. On sup­pose que ces vil­las ont été reliées entre elles, ain­si qu’aux routes romaines situées plus haut, par des chemins amé­nagés.

HLieu d’inhumation03_GW_NG-6

Il se peut que la petite élé­va­tion qui se situe au Grünewald ait jadis été un lieu d’inhumation de l’âge du bronze ou d’une époque plus jeune (p.ex. péri­ode Hall­statt).

I«Doudeg Fra» (Femme morte)03_GW_NG-5

Un cru­ci­fix érigé sur plu­sieurs cubes en pierre se trou­vait ici jusqu’au milieu du 20ème siè­cle. En 1982 il fut rem­placé par une nou­velle croix de che­min, typi­que pour le Luxem­bourg, repré­sen­tant la scène de cru­ci­fi­xion de Jésus.

JRoutes romaines03_GW_NG-8

Plusieurs routes romaines passent à tra­vers le Grünewald. On sup­pose qu’il ne s’agit pas de routes à grande cir­cu­la­tion mais de jonc­tions trans­ver­sales, moins longues en dis­tance, de la route Arlon — Trèves. Le long des routes romaines vers Staffel­stein on a décou­vert plusieurs tombes romaines (lieux d’incinération avec débris d’urnes).

ZurückWeiter